Biométhanisation

 Aujourd’hui, le développement des énergies renouvelables connaît une belle croissance, tant au travers de la production d’électricité que de la production de chaleur à partir de sources d’énergie renouvelables.
  La croissance est surtout portée par la biomasse et par l’éolien. A côté de ces deux types de production, d’autres
filières font également leur chemin. La biométhanisation en fait partie et ne manque pas d’attrait.
 En effet, si la biométhanisation a le mérite d’être une filière de production d’énergie à partir de sources d’énergie renouvelables, sa contribution au développement durable dépasse largement cette unique plus-value.
 En premier lieu, elle constitue une source de diversification pour le monde agricole.
Elle s’avère bien adaptée aux techniques agricoles actuelles et améliore la valeur agronomique des effluents.
Elle touche aussi l’industrie agro-alimentaire où le potentiel d’exploitation de telles unités est élevé aussi bien économiquement, grâce aux possibilités d’auto-consommation de l’énergie produite, que techniquement grâce à la constance de la composition et du flux des matières premières entrant dans le digesteur.
 Enfin, elle peut jouer un rôle dans le cadre de la protection de l’environnement via la production d’un digestat désodorisé, hygiénisé, dont la composition en éléments fertilisants mais aussi en éléments potentiellement polluants est connue par le biais d’analyses sur les matières entrantes et sortantes.

 

schema_methanisation_703

La Bio-méthanisation (ou digestion anaérobie) est le processus naturel biologique de dégradation de la matière organique en absence d’oxygène. Il se produit naturellement dans certains sédiments, les marais, les rizières, ainsi que dans le tractus digestif de certains animaux : insectes (termites) ou vertébrés (ruminants…).

En milieu anaérobie, la matière organique dégradée est principalement transformée en biogaz (à plus de 90 %, le reste étant utilisé par les micro-organismes méthanogènes pour leur croissance et reproduction). La maîtrise de la méthanisation permet de produire du méthane à partir de certains éléments polluants. L’homme cherche à comprendre le phénomène, à le maîtriser pour accélérer le processus en vue de répondre à des besoins spécifiques comme la production de gaz utilisable comme énergie à partir de déchets organiques (solides ou liquides).

La méthanisation joue un rôle important dans le cycle du carbone et pourrait contribuer aux modifications climatiques.

Les grandes quantités de méthane présentes sous forme d’hydrate de méthane dans les pergélisols et dans les sédiments marins, pourraient si elles étaient relarguées brutalement accélérer le réchauffement climatique.